Collab Maison Martin Morel x Les Récupérables

RécupérablesXMaison-Morel-Julien-Hay-2018-23

Nous, on a eu envie de faire un clin d’œil à notre premier amour, le tissu d’ameublement. Tout commence quand Ambroise, mon brillant associé, m’invite à rencontrer le travail d’Emmanuel F. , designer de Maison Martin Morel à l’occasion d’un cocktail à la boutique. Ok, je connaissais, mais de loin… en se rapprochant, le rythme cardiaque s’est accéléré, boom, boom, coup de cœur ! Alors, comment s’y prendre ?  On a d’abord pensé à mixer nos deux univers dans la boutique MMM. Et puis, comme on aime aller au bout de l’idée, on s’est regardé, souri et dit, on fait une collab. Revenons donc aux atomes crochus… Maison Martin Morel c’était de l’histoire ancienne, jusqu’à Emmanuel matérialise son désir de résurrection. Il grandit dans une famille qui a une grande histoire d’amour avec le textile. Son arrière, arrière, arrière, arrière-grand-père  (comme quoi les aïeux, ça marque), le fameux Martin Morel a fondé l’entreprise textile en pleine révolution industrielle ! 

RécupérablesXMaison-Morel-Julien-Hay-2018-1

De 1896 à 1982, Martin Morel & fils imagine, dessine des imprimés inédits et les produit dans l’usine d’anoblissement textile familiale dans la région lyonnaise.

Comment passer à côté d’un tel héritage, sans se retourner ?

Volteface, Emmanuel F, un créatif né, affirme sa fibre artistique et lance sa marque. 

A l’aide du talisman familial, plusieurs grimoires recensant les imprimés, Emmanuel choisit et réédite les motifs. De l’art déco en passant par les années folles, avec un stop par les Trente Glorieuses, il redonne vie à ces trésors avec des collections de prêt-à-porter féminin. Mais, il ne s’arrête pas à la mode et décline aussi les imprimés sur une gamme lifestyle. 

Et c’est là que Les Récupérables intervient ! 

Nous, phénix textile, animé par les imprimés depuis toujours, ne pouvions résister à la tentation d’interpréter ces magnifiques tissus produits en France. Alors, dès la première rencontre, je pose ma question favorite : «  Et vous avez des dead stocks, des tissus qui ne sont pas sortis, des matières non-conformes ? » Emmanuel me regarde, curieux, « oui peut être, il faudrait que j’appelle le stock et les ateliers » Banco, la collab était lancée, elle sera donc réalisée avec les chutes de production des collections MMM pour la Maison. Minute papillon des îles…qu’allais-je inventer  avec ces merveilles ? 

Et bien un KIMBO pardi !

RécupérablesXMaison-Morel-Julien-Hay-2018-43

Déjà parce qu’il me manquait, et surtout pour donner satisfaction à ce qui devenait pressant. Beaucoup de nos mails sont intitulés KIMBO dispo ?  «  et sinon, ils sont où les Kimbos, sur le site, j’ai pas trouvé l’article… »

 Il faut dire que le docu «  Révolte dans la Mode » était passé par là.. sur Arte. Fatalement, il fallait que je réplique. Oui, mais d’abord, il fallait le réajuster, allonger les manches, retravailler le col, peaufiner certaines finitions … lui faire une beauté en somme. 

Alors quand Emmanuel, m’a demandé et au fait on fait quoi comme modèle, je lui ai répondu naturellement un Kimbo, voyons !

Il a paru un peu interloqué.  Ah oui, il manquait la traduction : le Kimbo est un kimono-boléro. 

Quelle merveilleuse idée, le Kimbo se maria aussitôt et à merveille avec les imprimés art déco de la maison. 

Ce qui est d’autant plus appréciable c’est que c’est une taille unique, et oui puisque c’est une manche kimono, il fonctionne à merveille aussi bien sur un 34 qu’un 40, exit l’angoisse de la taille pour un cadeau de Noël. 

Et puis, disons-le, que porter avec une robe. Le blazer casse inéluctablement la silhouette et à l’ère de la Kombi mania, même combat. D’autant que c’est toujours réjouissant d’allonger la silhouette. Avec le Kimbo, c’est donc un combo magique, un tiers de buste pour deux tiers de jambes. 

Première manche, victoire ! Il fallait penser à une deuxième pièce maîtresse… Voilà, Noël et c’est aussi le moment, où l’on a envie de gagner des points de cool attitude. Alors quand tante Brigitte t’offre une Banane, c’est le summum de la classe. 

RécupérablesXMaison-Morel-Julien-Hay-2018-38 (1)Je me suis dit que c’était fatalement une bonne idée de proposer une alternative aux habituelles pochettes et autres accessoires… borring, osons le terme.  

Et puis la banane, c’est un fournisseur de bonnes vibes, pas besoin de sac à mains, ou de voir ces poches déformées, on sort au grand air les mains dans les poches. Non, la banane c’est définitivement cool ! Et très légèrement à la mode, reconnaissons-le. Bien évidement, il a fallu challenger l’idée, j’aime les coupes graphiques, mais si on regarde une banane, on se dit que c’est pas évident. Alors il a fallu travailler le patronage pour obtenir ce parallélépipède à l’envers et aussi le booster avec un gros zip vintage noir ou doré, c’est selon. 

Comme on aime les cachettes, et pas trop les pickpockets, on a rajouté une poche zippée à l’arrière, la CB ou les chewing-gums seront gardés bien au chaud. Je crois que vous ai tout dit, comme d’hab, j’ai pas encore appris à tenir ma langue. Ah si, dernière chose, où nous trouver en ce moment ? On est à la boutique Maison Martin Morel, banane ( c’était juste pour la blague). Et ce jusqu’au 11 décembre et même le dimanche, y a pas de repos pour une mode qui veut faire rimer les coutures autrement. 

Mes meilleures ondes,

Anaïs

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s